DTER

  RETOUR AUX ARTICLES

RadioDJ SONAR revient sur trente ans de Hip-hop belge !
Quand on parle de hip-hop belge et de l’histoire de cette culture, DJ Sonar apparait comme un des pionniers de ce mouvement depuis le début des années 90. Pour ce nouvel épisode de l’augmentation, il est venu raconter son parcours long de trente ans.

 

L’amour du hip-hop commence à la fin des années 80 pour Sonar. Très vite il se procure des platines en Allemagne. Dans la petite ville de Huy en Wallonie, il ne se passe pas grand-chose, et il doit se déplacer à Liège pour rencontrer d’autres amoureux de cette culture. Il fait la connaissance de Jaba, Sly D, Mig One au cœur de La Chapelle. Ce lieu mythique de Liège a permis la rencontre des membres de Starflam, du crew JNC, et d’autres passionnés du hip-hop. De cette effervescence, la compilation Fidèles au Vinyle du H-Posse voit le jour. DJ Sonar y fait des scratchs et participe à son élaboration. Compilation inspirée de B.R.C, première pierre du rap belge, elle met à l’honneur les liégeois et fera date dans cette culture.




DJ Sonar fait partie des Malfrats Linguistiques, groupe fondateur de Starflam, et commence à animer leurs concerts en Belgique. A la même époque, il fait la rencontre du rappeur Bienvenu, un Ivoirien venu s’installer à Huy. Les deux compères commencent à travailler ensemble, et forment le groupe BNS (Bienvenu And Sonar). En 99, ils sortent le maxi Retiens sur lequel figure le morceau Les 7 mercenaires. Sonar quitte à la même époque Starflam avant que le groupe ne devienne connu par le grand public.



Sonar ne délaisse pas ses platines. Par un concours de circonstances, il se retrouve DJ pour le groupe cubain Orishas. Le groupe devait prendre Mig One, étant embarqué dans l’aventure Starflam, c’est Sonar qui se retrouve à accompagner le groupe dans deux tournées mondiales. Aventure complétement folle pour un Belge qui se retrouve à mixer devant des foules de 80 000 personnes.



Pendant 5 ans, il voyage dans le monde entier avec le groupe cubain. Il ne délaisse pas la culture belge et son groupe BNS. Ils sortent le disque En Bas, En Bas avec le titre Bon baisers de Belgique qui marque une époque. Le son reprend le générique du programme Strip Tease. Pourtant, l’hsitoire de BNS s’arrête là. Pour des histoires personnelles, le groupe ne sortira plus de disques.



Sonar accompagne ensuite de nombreux artistes belges en tant que DJ tels que Convok ou Akro. Il crée aussi son Label URBAN COD&S qui sortira les premiers disques de Psmaker, de Stan. Sonar n’a céssé de créer, et de défendre la culture du hip-hop belge. Après un passage en radio, il sort le programme ESCALATORS qui met en vidéo des freestyles de rappeurs dans la gare de Liège. Ce programme, qui compte plus de 130 capsules, est une capture des années 2010 dans le rap belge. Sonar fait aussi bien passer des rappeurs installés comme Scylla ou Gandhi, que des jeunes rappeurs comme JeanJass à l’époque d’Exodarap.

 

DJ Sonar fait partie des figures historiques du hip-hop belge. Il continue à animer des soirées, à accompagner des artistes sur scène, à être au courant des nouveaux genres musicaux. Il ne lâchera pas cette culture qui lui a tant apporté, et comme il le dit lui-même, il reste hip hop jusqu’à la mort

 

Les recommandations culturelles de cet épisode sont les rappeurs CRC et El Pep’s. L’ensemble des recommandations de chaque épisode est disponible dans la playlist ci-dessous :

 

30/05/2024 Louis

ARTICLES SIMILAIRES

RadioClap quatrième pour le CroMedy Club !
24/04/2024 DTER
RadioSenamo nous raconte son parcours dans le dernier épisode de l'Augmentation !
03/04/2024 Louis