Ecouter la radio

radio

Disiz, Damso

Rencontre

  • 05:47

    Kaaris

    Tchoin

  • 05:44

    Doja Cat

    Vegas

  • 05:42

    Smeels

    INDISCRET

  • 05:34

    Doc Gyneco

    Viens voir le docteur

  • 05:32

    Youssoupha

    ZAÏROIS

  • 05:29

    Kerchak

    Kerchak

écouter la radio

--:-- --:--

DTER — 2022

WOLUWE-SAINT-LAMBERT JJJY DYNAMIC TAMTAM


DTER est un projet du Service Jeunesse de la commune de Woluwe-Saint-Lambert (Bruxelles, Belgique) à l'initiative d'Eric BOTT, Échevin de la Jeunesse, des Sports, de la Vie Associative et de l'Emploi de Woluwe-Saint-Lambert.

← Retour

The Black Album, retour sur un album légendaire

Jigga, Hov, Hova, Jiggaman, J Hova, … tant de surnoms auxquels répond l’homme que l’on nomme Jay-z. Prestance, flow, punchline, depuis plus d’une décennie Shawn Carter a marqué le monde de son empreinte dans le domaine de la musique et bien au-delà. Si aujourd’hui, Jay-z est un businessman confirmé avant tout, il n’en reste pas moins le rappeur préféré de ton rappeur préféré. Et si Hov est le préféré, c’est grâce à des titres monumentaux et à des albums iconiques. Aujourd’hui, on se refait ce que certains considèrent comme le meilleur album rap de tous les temps, ‘The Black Album’.  

Lorsque fin 2003, Jay Z annonce son projet ‘The Black Album’ comme le dernier de sa discographie, le monde du rap est pris de panique. La nouvelle paraît irréelle et prématurée, bien que cet album soit déjà le huitième de Jigga. Tout comme Michael Jordan au basket, ne plus voir Jay dans le paysage rap était inimaginable. Bien souvent, lorsque des artistes partent à la retraite, ils partent souvent après leur pic. Bien entendu, ce n’était pas envisageable pour Jiggaman, qui nous livre avec ‘The Black Album’, l’un des plus gros albums de sa carrière, voire le plus gros album de sa carrière.

The Black Album, c’est 14 titres pour 55 minutes. 14 titres sur lesquels Hova s’est poussé - en témoigne ‘Fade to Black’, l’excellent documentaire sur la conception de l’album. Sur cet album, Jay Z commence en se livrant sur son enfance et son adolescence, avec le titre ‘December 4th’, sur lequel il fait même apparaître sa mère. Sur un flow légèrement saccadé et une instru triomphante, Hova nous explique qui il est, de par où il vient. Il nous explique ses passages d’enfant sage à turbulent, ou comme il le dit lui-même : “I went to school, got good grades, could behave when I wanted But I had demons deep inside that would raise when confronted”. 


 

Hov enchaîne ensuite avec les excellents, ‘What more can I say’ et ‘Encore’, deux morceaux sur lesquels Jay alterne entre ego trip et phases percutantes. Sans jamais paraître arrogant pourtant, Jigga nous sert punchlines après punchlines, et s’offre même une fin de morceau a cappella percutante sur ‘What more can I say’. Sur des beats un peu plus groovys ensuite, Jay nous sert ‘Changes Clothes’ et ‘Threat’. Toujours aussi appliqué sur ses rimes, Hov se balade facilement sur les instrus et s’offre même quelques vocales de Pharell Williams sur ‘Change Clothes’. Entre ces deux titres cependant, vient s’intercaler un titre légendaire : ‘Dirt Off Your Shoulder’. Morceau puant la confiance en soi, Jay Z t’invite à dépoussiérer tes épaulettes si tu te sens comme un pimp, ou autrement dit comme un boss.


Au basket, lorsque l’on parle de 3 victoires consécutives du championnat par une même équipe, on parle de three-peat. Dans le cas de l’album de Jay-Z, on pourrait parler de three-peat pour les morceaux successifs ‘Moment of Clarity’, ‘ 99 Problems’ et ‘Interlude (Public Service Annoucement)’. Absolument excellent sur les trois morceaux, Jay commence par nous donner une leçon sur ‘Moment of Clarity’. Il remet les choses au clair sur une instru à la ‘Lose yourself’ de Eminem, et des punch telles que : « Truthfully I wanna rhyme like Common Sense, But I did 5 mill' – I ain't been rhyming like Common since (Whoo) ». Vient ensuite le morceau iconique qu’est ’99 Problems’. Véritable chef-d’œuvre en termes de construction, Hov rappe un contrôle de police en voiture et la vie d’un jeune noir de Brooklyn. Avec ce morceau, Jay rend dérisoires les problèmes de cœur que tu pourrais avoir, car lui à « 99 problems, but the bitch ain’t one ». Enfin, pour conclure ce magnifique three-peat, l’un des interludes les plus célèbre du rap. Intitulé ‘Interlude (Public Service Annoucement)’, Jay Z se présente à nouveau sur ce morceau, pour ceux qui n’avaient toujours pas compris qui il était. Toujours aussi habile sur les mots, Hova se présente avec génie, en témoigne certaines de ses punchs : «  I guess even back then you can call me , CEO of the R-O-C, Hov! » ; « Got the hottest chick in the game wearin' my chain, that's right, Hov, OH—not D.O.C, But similar to them letters, "No One Can Do it Better" » ; « I'm like Che Guevara with bling on, I'm complex ».

Après un three-peat pareil, difficile de faire mieux, et pourtant Jiggaman ne déçoit pas et continue d’envoyer sur les quatre derniers titres que sont : ‘Justify my thug’, ‘Lucifer’, ‘Allure’, et ‘My 1st Song’. Plus musical sur ces quatre derniers titres, Hova envoie la sauce sur des flows toujours aussi différents les uns des autres. Sur Lucifer, Jay parcours facilement un beat teinté de touches de piano, avant de poursuivre sur un beat nous replongeant à l’époque de Reasonable Doubt, avec le titre ‘Allure’.

Bien évidemment, si l’album est un monument du rap, ce n’est pas que grâce à Jay Z. Pour cet album, qui devait être le dernier, Hov a bien entendu fait appel aux plus grands producteurs de l’époque. C’est ainsi que l’on retrouve à la production des légendes de la musique telle que : Kanye West (Encore/Lucifer), Just Blaze (Interlude/December 4th/Interlude (Public Service Annoucement)), Rick Rubin (99 Problems), Timbaland (Dirt Off Your Shoulder), Pharrell (Change Clothes/Allure), … C’est donc avec une véritable équipe d’Avengers que Jay-Z a produit l’un des albums le plus réussi de l’histoire du rap. Alors à l’aube de ses 20 ans, il est peut-être temps de se faire une piqûre de rappel et de se rappeler du génie de cet album, et du génie de cet homme.

Le 16/04/2022 par Theo Hoebrechts

Autres actus DTER

DTER — 2022

WOLUWE-SAINT-LAMBERT JJJY DYNAMIC TAMTAM


DTER est un projet du Service Jeunesse de la commune de Woluwe-Saint-Lambert (Bruxelles, Belgique) à l'initiative d'Eric BOTT, Échevin de la Jeunesse, des Sports, de la Vie Associative et de l'Emploi de Woluwe-Saint-Lambert.